jeudi 10 novembre 2011

Avec moi, il n'y a point de pardon....

Je suis parti à la recherche de la mort d'un de mes aïeux en compulsant la presse local de l'époque.
Mathieu VISSAC, cet aïeul est mort à l'âge de 28 ans, un an après son mariage, trouvant cela étrange, j'ai décidé de lire la presse pour savoir s'il n'y avait rien sur ce décès.
Je me suis donc penché sur la lecture du "Journal de la Vienne" du 1er Décembre 1849, et j'ai fait une découverte, autant surprenante que saugrenue !



 Comment mourir bêtement pour un simple "vol" de châtaignes...

Et si vous aimez ce genre d'anecdotes, je vous recommande l'excellente page Facebook de Généacrimes !

3 commentaires:

  1. Isabelle Noesmoen10 novembre 2011 15:02

    Oh, parfois, il me semble qu'un simple regard mal perçu peut suffire pour être tué ! Il n'y a pas besoin pour cela d'un vol de châtaignes... Par contre, je vois que vous n'avez rien trouvé sur votre ancêtre à l'origine de votre lecture de la presse locale. Y-a-t-il un hôpital proche dont les archives pourraient encore exister ? A Paris, on trouve pas mal de choses dans les archives de l'Assistance Publique-Hopitaux de Paris (AP-HP). De même, il pourrait y avoir aussi une mention sur les raisons de son décès sur le registre-matricule de Mathieu VISSAC. A 28 ans, il était encore mobilisable et ce, pour longtemps. Donc, l'armée le suivait à la trace. Je ne sais si dans la Vienne les registres-matricules étaient très détaillés. J'ai, à ma grande surprise, découvert que les registres-matricules n'étaient pas uniformisés sur tout le territoire français. Dans l'ancien département de la Seine, ils sont plutôt bavards (détails sur les campagnes, sur les adresses successives, etc...). Par contre, ayant demandé à un correspondant de consulter pour moi aux AD89, les registres-matricules d'ancêtres du côté maternel, je fus déçue de voir que ces registres-matricules n'apportaient pratiquement aucun renseignement intéressant...

    RépondreSupprimer
  2. Fichtre les poitevins ont la main leste et le choix des armes ! ça ne s'arrange pas avec le temps... un coup d'marteau, un siècle après le coup d'sabot de la Catherine de Latillé,idem, pour une broutille ;-)
    Merci Fred, tu le sais j'adore ces histoires !

    RépondreSupprimer
  3. @Isabelle :
    Malheureusement, cet aieul est né à Langeac (34 de mémoire), et rien n'est en ligne la bas.
    Par contre, je retrouve le registre matricule de son petit fils et j'ai été vraiment surpris, un article est d'ailleurs à venir, parce que c'est impressionnant ! On m'avait dit que j'avais une partie de ma branche qui était "un peu rebelle", et bien, ca ne m'étonnerait que ce soit celle ci....et que le décès de cet aieul Mathieu ne soit pas accidentel....
    @Lulu : Oui j'y ai pensé :)
    Du coup, j'ai pas mal compulsé la presse, et j'ai retrouvé deux ou trois histoires croustillantes !

    RépondreSupprimer