mardi 14 juin 2011

"Dobrij dien Camarades" !

En épluchant les registres de Mailly-le-camp à la recherche d'informations sur le meurtre de l'arrière grand-mère de ma tendre épouse, Augustine Bobenrieth (article à suivre bien évidemment), je me suis rendu compte que la commune, qui comptait un peu plus de 2000 habitants en 1921, accueillait une forte communauté russe.


Je me suis alors demandé pourquoi ces derniers étaient si loin de leur Russie natale, et pour cela il faut tout d'abord comprendre la vie de la commune.


Cette commune, située au nord du département de l'Aube (10), se nommait tout simplement, depuis 1504, Mailly. Suite à la construction d'un énorme camp militaire en 1902, il a donc été décidé de renomme la ville en "Mailly-le-camp" en 1905. Ce camp, d'une superficie de plus de 11.000 hectares, recevait tout de même plus de 11.000 soldats et officiers ! (Toutes les informations sur Wikipédia...)


Forcément, vu sa situation géographique, ce camp militaire était d'un grand enjeu stratégique pour la 1ére guerre mondiale, et c'est à ce moment-là que les russes font leurs apparitions.

source : Ministère de la Défense
En 1916, voila maintenant deux ans que la guerre fait rage, mais cette année est particulièrement difficile. 
Les russes manquent de munitions, et les français manquent d'hommes. "Un échange de bon procédé" est donc organisé. 44.000 russes, soit 4 brigades, sont envoyés en France contre des armes et des munitions. Une horreur de plus à mon sens, mais la Grande Guerre n'en est pas à une horreur près....

Et avant d'être envoyés au Front, les troupes sont débarquées à Mailly-la-Camp, où elles rencontrent alors les soldats français et l'on peut voir que les traitements des deux armées sont bien différents. Je vous recommande l'excellent article du site "Le courrier de Russie", fort intéressant, et qui décrit très bien ce que ces troupes russes ont pu vivre. 

On y apprend notamment que les soldats russes étaient très courageux et "qu'ils en font preuve [de courage] notamment en avril 1917 au cours de l’offensive Nivelle, le tristement célèbre « Chemin des Dames », où les Russes attaquent les positions allemandes au nord-ouest de Reims et prennent les ruines de Courcy, perdant 70 officiers et 4 472 soldats"

source : Ministère de la Défense

Une fois la guerre finie, certains russes ont donc dû décidé de rester en France. Certains avaient probablement rencontrés une femme lors de leur séjour forcé en France. Et puis la Russie avait certainement changé avec la Révolution bolchévique....

2 commentaires:

  1. intéressant,mais pourquoi "dobrij dien " ?

    RépondreSupprimer
  2. Ca veut dire "bonjour", en russe et en écriture francisé :)

    RépondreSupprimer